Coaching : ces gestes qui nous trahissent

Même si nous n’en avons pas conscience, le discours non verbal – gestes, mimiques, clignements d’yeux – nous renseigne sur les intentions, les émotions, les ressentis de ceux qui nous entourent d’une manière souvent plus « parlante » que les phrases que ceux-ci prononcent. Quelle que soit la personne qui nous fait face, il lui est généralement très difficile de contrôler toutes les expressions de son visage et les gestes involontaires qui surgissent lors d’un échange. Nos interlocuteurs peuvent masquer certains « signaux » mais rarement de façon complète. Emis par l’inconscient comme par le système conscient, ces signaux constituent une mine d’informations.

Ces informations non verbales valent aussi pour nous-mêmes puisque, quand une personne nous inquiète ou nous dérange, nous éprouvons un sentiment d’inconfort qui peut se matérialiser de différentes manières : tension abdominale, tremblements, augmentation du rythme cardiaque …

A l’inverse, une personne qui nous attire entrainera une sensation de légèreté, un relâchement des épaules, une montée de chaleur au creux du plexus solaire, l’envie de sourire… La plupart de nos gestes accidentels offrent un éclairage sur notre état d’esprit comme si un système de communication souterrain était activement à l’oeuvre au cours de nos échanges sociaux mais aussi lorsque nous sommes seuls, plongés dans le travail ou la rêverie.

Quand le coach rencontre son client, il doit donc rester à l’écoute des signaux que celui-ci envoie mais aussi attentif à ses propres signaux. Ceux-ci vont lui permettre d’évaluer la relation, non seulement sur le moment mais aussi dans la durée.

Ainsi des gestes simples comme le fait de croiser les bras traduisent une fermeture face à un interlocuteur, un dos courbé démontre un état de soumission et une position statique le rejet de l’interaction et du poids de la discussion…

Les réactions corporelles, ce qu’on appelle aussi les refrains gestuels, constituent une sorte de bulletin météorologique individuel et interactif dans lequel nous allons pouvoir puiser des informations utiles à la qualité d’une relation. L’observation des réactions du corps nous permet d’échanger en connaissance de cause, de mesurer le degré de sincérité de nos interlocuteurs, de décrypter leurs ressentis afin de mettre en place une relation engagée dans le respect et l’altérité. Bien les connaître constitue une sorte de « jeu de piste » qui favorise la communication dans les deux sens.

Photo Alain Avanthey

Photo Alain Avanthey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *